14/12/2005---AFPPS
Retour au sommaire ACMEDIASComparaison AFP, Reuters et Associated Press
La comparaison des dépêches de l'Agence France Presse avec celles de ses concurrents est parfois très surprenante. Exemple du merdredi 14 décembre 2005.

Reuters et Associated Press relatent le décès présumé d'un palestinien de Gaza. Ils indiquent la version palestinienne et la version israélienne. Des palestiniens affirment qu'un agriculteur de 45 ans a été tué par un obus de tank, les israéliens disent pour leur part que cela est impossible par absence de tir dans ce secteur.

Associated Press précise même que Tsahal s'étonne d'une telle rumeur, l'autorité Palestinienne n'ayant rien transmis de tel.

Les deux agences diffèrent légèrement sur le lieu présumé : "à quelques 600 metres de la frontière" pour l'un, "alors qu'il se rendait aux champs" pour l'autre. Sans que ces informations soient forcément contradictoires.

Par contre l'information donnée par l'AFP se "distingue" nettement :

1 - Il n'y a plus de version israélienne contradictoire, ces derniers seraient même, à en croire l'AFP, "incapables de confirmer ou d'infirmer". Notez que la dépêche AFP est de 11h51, et celles de ses concurrents de 10h10 et 12h02.

2 - Les chars (il y en aurait donc eu plusieurs) auraient "ouvert le feu contre le village". Il s'agirait donc d'une attaque directe contre des villageois.

Nous pouvons affirmer que la version AFP n'est pas plausible. Si des tanks avaient bombardé un village, ce qui constituerait un évident crime de guerre, l'autorité palestinienne aurait immédiatement saisi l'ONU et les images auraient été à la une du 20h.

Il est également faux de prétendre que le coté israélien ne savait pas quoi dire, les autres agences en témoignent.

Les divergences sur le patronyme et le lieu laissent à penser que - comme bien souvent - les journalistes n'ont eu qu'une simple information téléphonique de leurs contacts palestiniens et n'ont effectué aucune vérification. Reuter et AP ont au moins fait l'effort de contacter les services israéliens.

L'impact de ce genre de travail - au mieux négligent et au pire complice - sur l'opinion publique est extrèmement grave. De tels faits ne sont pas de nature à réconcilier les français avec la presse en général, et leur agence nationale en particulier.

Pour information, une carte précise de la bande de gaza, où le village mentionné semble être à 4 km de la frontière. Il est également certain qu'aucun israélien, avec ou sans tank, n'a traversé la frontière. Un retour à Gaza après le récent désengagement aurait également fait beaucoup de bruit.

14/12/2005---AFPPS
Retour au sommaire ACMEDIASComparaison AFP, Reuters et Associated Press